Static Shot

Static Shot

-

Partage

ven. 16 septembre 2022 — 20h

Saint-Pée-sur-Nivelle - Espace Culturel Larreko - Festival Le Temps d'Aimer la Danse de Biarritz

jeu. 04 mai 2023 — 20h

Valenciennes - Le Phénix Scène nationale

sam. 21 janvier 2023 — 20h30

Lugano (Suisse) - Lugano Arte e Cultura

mer. 19 octobre 2022 — 20h

Opéra national de Lorraine

jeu. 20 octobre 2022 — 20h

Opéra national de Lorraine

ven. 21 octobre 2022 — 20h

Opéra national de Lorraine

dim. 23 octobre 2022 — 15h

Opéra national de Lorraine

sam. 01 octobre 2022 — 20h

Paris - La Canopée - Les Halles - Nuit Blanche

-


25 MINUTES
23 DANSEURS

Production du CCN - Ballet de Lorraine en coproduction avec le CCN d'Orléans

Photos (c) Laurent Philippe

Chorégraphie
Maud Le Pladec
Musique
Chloé et Pete Harden
Conseil à la diffusion sonore
Vincent Le Meur
Lumière
Eric Soyer
Création costumes
Christelle Kocher – KOCHÉ
Assistante costumes
Laure Mahéo
Stagiaire dramaturgie
Baudouin Woehl
Assistant à la chorégraphie
Régis Badel
Avec la participation de l'École de Broderie d’Art du lycée Paul-Lapie de Lunéville
Chorégraphie
Maud Le Pladec
Musique
Chloé et Pete Harden
Conseil à la diffusion sonore
Vincent Le Meur
Lumière
Eric Soyer
Création costumes
Christelle Kocher – KOCHÉ
Assistante costumes
Laure Mahéo
Stagiaire dramaturgie
Baudouin Woehl
Assistant à la chorégraphie
Régis Badel
Avec la participation de l'École de Broderie d’Art du lycée Paul-Lapie de Lunéville

ven. 16 septembre 2022 — 20h

jeu. 04 mai 2023 — 20h

sam. 21 janvier 2023 — 20h30

mer. 19 octobre 2022 — 20h

jeu. 20 octobre 2022 — 20h

ven. 21 octobre 2022 — 20h

dim. 23 octobre 2022 — 15h

sam. 01 octobre 2022 — 20h

Partage

"Pour cette nouvelle création avec les danseur·euse·s du CCN - Ballet de Lorraine, j’ai imaginé un dispositif chorégraphique empruntant au cinéma certains procédés de montage et d’assemblage. Je travaille la pièce comme un plan fixe, ou plan séquence, où le mouvement et le regard ne s’arrêteraient jamais. La plasticité des images, l’énergie et le rythme des séquences étant constitutifs d’une scène dont l’intensité physique ou visuelle ne quitte jamais son apogée. La pièce, pensée comme un « bloc » de corps, d’images et de sons, ne comprendra ni début, ni milieu, ni fin. Tel un climax permanent, le groupe de danseur·euse·s tiennent ensemble ce point culminant, l’énergie devant toujours se trouver à son zénith. Dans STATIC SHOT tout racontera les corps, comment ils inter-agissent, comment ils excédent, comment ils se meuvent, comment ils vivent ou survivent, comment ils s’abandonnent, comment ils s’attirent, comment ils se mêlent, comment ils s’entrechoquent, comment il se transforment, comment ils ne meurent pas… Derrière un pitch, une situation simple ou une scène de « … » , que se passe t’il vraiment ? Et si le plaisir de ne faire qu’un devenait un motif de tension ? Entre extase et climax, danses collectives et unissons, où se situe alors l’accident, la fracture, le relâchement?"

Maud Le Pladec

-

Maud Le Pladec


(c) Martin Argyroglo


Après avoir suivi la formation exerce au Centre chorégraphique national de Montpellier, Maud Le Pladec est interprète pour plusieurs chorégraphes comme Georges Appaix, Loïc Touzé, Mathilde Monnier, Mette Ingvartsen ou encore Boris Charmatz. En 2010, elle crée sa première pièce Professor (prix de la Révélation Chorégraphique du Syndicat de la Critique), premier volet d’un diptyque autour de la musique de Fausto Romitelli puis en 2011, elle crée le second volet : Poetry

En 2013, Maud Le Pladec est lauréate du programme Hors les Murs de l’Institut français et effectue une recherche à New York sur le courant de la musique post-minimaliste américaine qui donnera naissance à Democracy avec l’Ensemble TaCtuS et Concrete avec l’Ensemble Ictus. En 2015, elle initie un nouveau cycle de créations autour de la parole donnée aux femmes en co-créant Hunted avec la performeuse new-yorkaise Okwui Okpokwasili. En 2016, elle travaille à l’Opéra national de Paris sur Eliogabalo avec le metteur en scène Thomas Jolly et sous la direction musicale de Leonardo Garcia Alarcon. Parallèlement, Maud Le Pladec est artiste associée à La Briqueterie – CDCN du Val de Marne. 

Depuis janvier 2017, elle succède à Josef Nadj et dirige le Centre chorégraphique national d’Orléans. Elle a créé depuis Borderline avec le metteur en scène Guy Cassiers, le solo Moto-Cross, Je n’ai jamais eu envie de disparaître avec l’auteur Pierre Ducrozet et Twenty-seven perspectives pour le Festival Montpellier Danse 2018. 

En 2021, elle a présenté Static shot avec le CCN — Ballet de Lorraine, et counting stars with you (musiques femmes), une création dédiée au matrimoine musical. En 2022, elle crée Silent Legacy au Festival d’Avignon, un duo entre Adeline Kerry Cruz, 8 ans, jeune prodige du krump et la danseuse contemporaine professionnelle Audrey Merilus.